Alamut (1938)

Alamut (Libretto)Au point où on en est, il est temps de se (re)plonger dans Alamut  chef d’œuvre d’un magnifique inconnu, Vladimir Bartol, en provenance d’un pays sous-estimé, la Slovénie.

Mais rien à voir ici avec le charme provincial de sa capitale Ljubljana ou des verts pâturages de ses Alpes locales. Non, alors que les fanatismes marquent à nouveau les actualités, en Irak et aux quatre coins du monde, c’est bien à la lecture d’un ovni de la littérature que je vous convie.

Une mystérieuse légende, fondée sur des faits réels, qui a pour cadre la fin du XIème siècle et la forteresse d’Alamut, au nord de l’Iran, dont quelques ruines résistent encore au temps.

Du haut de ces ruines, Hassan Ibn Sabbah dirige de main de maître sa secte des ismaéliens, portée par une foi intransigeante et la haine de l’impie, incarné par le sultan de la Turquie voisine. Pour lui, « rien n’est vrai, tout est permis » et son plan de reconquête du pouvoir et des âmes, réalisé au nom d’Allah, est particulièrement cynique. En créant de toutes pièces un éden artificiel dans le dos de sa forteresse et en y plongeant les membres de sa garde rapprochée, les fedayins, le temps d’une journée rêvée, il réussit à leur faire croire qu’il détient les clefs du paradis. Une fois revenus, les fedayins n’ont qu’un souhait : mourir pour la bonne cause et retrouver les plaisirs de ce paradis qu’ils croient accessible grâce à leur mentor. Ce dernier dispose ainsi d’une armée servile et invincible, ne craignant pas la mort, mais la désirant par-dessus tout.

histoireislamique.wordpress.com

Vladimir Bartol décrit magistralement la mise au point de ce stratagème subtil, à travers l’histoire d’un fedayin, Ibn Tahir, et d’une jeune fille, Halima, ancienne esclave qui devient hourri dans le fameux paradis artificiel. Plongés dès leur enfance au cœur des rouages de la citadelle, ces deux jeunes disciples sont coupés du monde extérieur et reçoivent un enseignement strict. Ibn Tahir passe brillamment les étapes de sa formation, alliant un savoir encyclopédique à une maîtrise parfaite des armes. Halima devient une hourri érudite et élégante, connaissant tous les secrets des plaisirs de la chair, en prévision du jour où elle devra s’offrir à un guerrier mort au combat. Leur loyauté envers le grand architecte, Hassan Ibn Sabbah, est irréprochable, jusqu’à qu’ils découvrent le revers de sa stratégie machiavélique. L’œuvre balance alors intelligemment entre philosophie politique et roman d’aventures.

Publié cinq ans après la nomination de Hitler au poste de chancelier et un an avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Alamut dénonce finement, mais avec quelle force, toutes les formes de fanatisme qui pourraient emporter les masses européennes. En s’appuyant sur une légende lointaine, et dans un texte très documenté, Bartol met en garde : aujourd’hui comme hier, méfions-nous des populistes qui promettent le paradis. L’allégorie est efficace et le propos reste terriblement d’actualité.

Retraduit et paru dans la collection Libretto, jolie et économique, ce bouquin occupera parfaitement vos soirées d’hiver.

Harold