Andromède présente Romulus et Teho au Fuse (24/11/2017)

andromedeAu Fuse, une atmosphère jeune et à l’affût, son verre à la main, se met timidement en place pour cette première édition de la galaxie d’Andromède qui surfe sur du deep et de la tech house, sous une psyché techno. En effet, quelques invités seront de la platine et pas des moindres : Romulus et Teho en tête d’affiche, ou encore Manezz, Kosinsky et Lumo. De la deep tech et de la tech house… une soirée s’annonce.

Soirée de lancement pour le nouveau bébé de Sébastien Nicolas, déjà reconnu pour ses soirées Chill2Chill. Des initiatives sur du long terme pour éclore dans le monde de la nuit.

Dans la salle en hauteur de ce lieu réputé de la vie nocturne bruxelloise, gradins à tables et ambiance tamisée nous accueillent, vue plongeante sur la piste. Aux timides sonorités de commencement, les premiers verres se déglutissent au rythme des mixs planants du jeune Lumo. Les étages en gradins permettent quelques recoins où les nouveaux venus peuvent s’installer. Un lancement en douceur. Les premières séquences de lumière arrivent, une auréole rouge en carré plane au-dessus de Teho, barbe à l’avant, qui s’avance vers ses machines.

andromède fuse teho

Deux heures du matin, la foule s’élance finalement, de plus en plus portée par la fougue. Tout type de personnes se confondent en danse, se projettent comme en transe.

L’entrée de Romulus s’annonce percutante. Déjà la horde se déchaîne sur la fin du set. Et le cavalier masqué, loup de l’ambiance atmosphérique nous hurle sa « Tragédie Enfantine ». Enchevêtrements harmoniques, progression de plages rythmiques, une évolution mélodique vers la stratosphère du dance floor.  Avec la subtilité d’un arrangeur, il balance sa fougue. Les danseurs se lâchent complètement, on s’y bouscule, on y saute, on s’y déhanche. Mystère sur sa personne, son masque nous dé-personnifie l’humain pour lancer un peu de brume dans les consciences. Une chorégraphie d’ambiance avec des thèmes simples mais mémorables. Des textures de rythmes modulantes, pour un mix de ses productions d’une heure.

Kosinsky et Manezz se débattront pour cette soirée déchaînée où le bar n’a pas de répit, ce dernier s’élançant avec une prestation poignante aux côtés de son batteur. Un concert versus mix qui a enchanté le public. Initiative interactive où leur symbiose permet l’immersion dans le rythme.

andromède fuse 2Une édition réussie pour les fêtards tardifs du vendredi soir. Vous pourrez retrouver des soirées de ce genre avec le Distorsion Electronic Music Festival à Liège, prévu pour le 20 janvier de l’année qui arrive à grand pas : 2018. Avec un line-up qui vient de toute l’Europe, de la France à la Suisse en passant par la Hongrie : Comah, Daniel Portman, Droplex, Unlogix, Lortigo, DJ Tosca, Felix Gomez et Paulem le salop (le belge). Un festival de deux salles où surfer la vibe et l’occasion de voyager dans d’autres univers électroniques. Se déhancher de manière décomplexée ou simplement rencontrer une foule déjantée où quelques anciens du monde sous-terrain belge traînent encore…

Welcome electronics better than fitness : transe of sound swimming in flashing lights.

B-Astre

Crédit photos : Aurore Paquay

 

Vous aimerez aussi