Ant-Man (2015)


ant-man posterUn nouveau film est sorti de la fourmilière Marvel. À ce rythme-là, il sera bientôt difficile de ne pas se lasser. Heureusement pour les fans aguerris, tout est planifié jusqu’en 2018. Pour attirer les autres, ils font mine de se diversifier.

Scott Lang (Paul Rudd) est un voleur au grand cœur, un peu loser mais pas trop. Lorsqu’il décide de se mettre sur le bon chemin, il se fait engager par Hank Pym (Michael Douglas) pour un dernier cambriolage dont le sort de l’humanité dépend. Hank devient son mentor et lui apprend à maitriser les pouvoirs d’un Ant-Man. Grâce à son costume, il peut atteindre la taille d’une fourmi avec la force d’une balle de fusil. Idéal pour un voleur n’est-ce pas ? À l’écran, la transformation “microscopique” fonctionne à merveille; dans les scènes d’action en tout cas.

Bien avant qu’apparaissent sur nos écrans Iron Man et les Avengers, Ant-Man devait être écrit et réalisé par Edgar Wright (Shaun Of The Dead, Hot Fuzz). Depuis le succès de son univers cinématographique, Marvel a décidé de reprendre le film à zéro en éjectant Edgar Wright du projet. Ouch. Ce qui expliquerait, selon moi, le seul défaut du film. En effet, il doit remplir certaines conditions pour rentrer dans le moule Marvel. C’est donc surtout pendant la première partie du film que le rythme se retrouve embourbé. Certaines références ralentissent l’aventure, notamment l’apparition forcée d’un Avenger qui ne sert qu’à montrer pour la énième fois qu’il s’agit d’un univers partagé. De plus, sur une échelle moins épique que Captain America, Scott Lang devra lui aussi finalement sauver le monde du groupe Hydra. 

ant-man screen 2

Avec toutes ces connexions imposées, est-ce que les films de Marvel se ressemblent trop ? Je pense qu’il y a encore un équilibre à trouver entre le fan-service commercial et la construction d’un univers cohérent avec des films qui tiendraient néanmoins la route tout seuls. Malgré un début un peu hésitant, Ant-Man semble être sur cette voie. Il séduit rapidement par son humour et surtout par son sens de l’autodérision. D’ailleurs, on retrouve dans le scénario quelques restes d’Edgar Wright, comme la complicité entre tous les personnages. Personne ne vole la vedette, contrairement à Iron Man par exemple. À part un méchant complètement vide de personnalité, on s’attache vite à toute la bande de Scott.

antman-thumbs-up1

Si le concept a l’air ridicule sur papier, ne vous méprenez pas, Ant-Man est vraiment réussi. Ridicule car il s’agit bien d’un film où un voleur miniature contrôle une armée de fourmis et doit aller jusqu’à se battre dans une mallette tout en évitant de se faire écraser par un iPod (très beau placement de produit). Réussi car c’est d’une façon assumée que tous les aspects de l’idée sont exploités. Des scènes d’action à échelle réduite jusqu’à l’exploration des atomes (dans une séquence très esthétique à la poésie surprenante), on ne se lasse pas. Au final, on retiendra que le film fourmille d’excellentes idées de mise en scène. Si seulement Marvel laissait encore plus de liberté à ses réalisateurs et scénaristes… 

Julien

Vous aimerez aussi