Auđn et The Great Old Ones au Magasin 4 (13/11/2018)

audn_300x666Deux groupes qui représentent deux périodes de ma vie de fan de musiques extrêmes se sont donnés rendez-vous pour apporter leur joie de vivre partout en Europe, histoire d’en mettre plein les mirettes à tout le monde et de ne pas faire de jaloux sur le Vieux Continent. Mais qu’en est-il finalement ?

Déjà, resituons-nous un peu : qu’est-ce que c’est que ces groupes ? The Great Old Ones, premier groupe de la soirée, représente fièrement cette vague de groupe black métal à capuche qui créée une hype incroyable à chacune de leur sortie depuis maintenant six ans. A l’inverse, Auđn incarnent pour leur part un de ces groupes black islandais qui a explosé assez récemment (on parle d’une scène qui a émergé il y a deux ans environ) et qui s’exporte magnifiquement bien, tout comme leurs comparses de Zhrine par exemple.

En ouverture de la soirée, on retrouve donc The Great Old Ones qui continue à étaler ses talents en matière d’ambiance et d’occupation de la scène. En effet, les jeux de lumières et de fumée tiennent la route tout le long du concert et les bordelais font une nouvelle fois preuve de savoir-faire quant à l’instauration d’une ambiance sombre et parfois pesante. L’enchaînement « Searching for R. Olmstead » – « The Shadow Over Innsmouth » mettrait mal à l’aise n’importe qui, ainsi que la fumée rampante et angoissante qui se répand, ou encore cette prière hallucinée en français au grand Chtulu qu’est « Je ne suis pas fou ».

The Great Old Ones - corps de texteMalheureusement le reste suit plus difficilement. En effet, d’entrée de jeu, la batterie sonne puissamment, trop par rapport au reste des instruments, et ce pendant une bonne partie du concert, ce qui rend les morceaux par moment trop brouillons. Et c’est bien dommage quand on connait la qualité des productions du groupe. Ceci a d’ailleurs pour effet de rendre le morceau final « Mare Infinitum » très, très, très long, et par là même de faire fuir quelques personnes qui préfèreront aller boire un verre ou prendre l’air en attendant la suite de la soirée.

Setlist de The Great Old Ones

Searching For R. Olmstead // The Shadow Over Innsmouth // When The Stars Align // The Ritual // Je ne suis pas fou // Antarctica // Mare Infinitum

Après ça, les islandais d’Auđn arrivent, et d’entrée de jeu on est surpris : si The Great Old Ones « a l’air » sans l’ombre d’un doute d’un groupe de black métal (visuellement parlant), force est de constater qu’il en est tout autrement pour Auđn qui donne l’impression de s’être trompé de vocation tant on a l’impression d’être face à un groupe de rock alternatif. Mais bon, une fois cette surprise passée, quid du concert ? Dès le début on se rend compte que la qualité du son grimpe d’un cran : les instruments ne se marchent pas les uns sur les autres, le chant, bien que crié, reste audible, et summum de cette hausse qualitative la basse sonne parfaitement et on en saisit chaque nuance.

gettyimages-1002701900-1024x1024-2De plus, le concert s’ouvre avec l’excellent « Verhöld Hulin », titre d’ouverture de leur dernier album en date, ce qui me met directement en émoi quant à la suite des hostilités. Toutefois, le soufflé retombe relativement vite et le set reste très neutre sur pas mal d’aspects : l’occupation de la scène, les lumières, le contact, et on se dit que les islandais souffrent indubitablement de la comparaison avec le jeu de scène de The Great Old Ones. Il reste quand même un motif de satisfaction : la présence d’un nouveau morceau (dont on ne connaîtra pas le nom) dans la setlist, annonciateur de sortie à venir et donc à surveiller.

Maxime S.

Setlist d’Auđn

Verhöld Hulin // Lífvana jörð // Haldreipi hugans //  (Unknown) // Feigð // Landvættur

Vous aimerez aussi