Birdy Nam Nam (16/05/2015) – Nuits Botanique

11088357_10152871997226824_3183158977513432077_nSamedi soir, dans le cadre des Nuits Botanique, le Chapiteau accueillait Cotton Claw, Superpoze et Birdy Nam Nam. Une fournée venue de France prête à faire danser les foules lors d’une grosse soirée électronique. J’arrive…

Pas de temps à perdre, on entend déjà les français de Cotton Claw envoyer leurs beats depuis l’extérieur du Botanique. Casquettes, bob et barbe vissés sur la tête, ils jouent de leur pads et nous balancent les sons de leur dernier LP Volutes. Avec leur «néo-rétro-électro», mélange de sons lounge, de rythmes breakbeat et d’influences house, ils tentent de lancer les hostilités, mais la salle n’est pas bien remplie en ce début de soirée. Ils réussiront quand même à motiver la cinquantaine de fêtards qui veulent déjà en découdre. Malheureusement, le manque de show et de mise en scène m’empêche de rentrer dans leur univers. Tout reste à faire de mon côté.

Le set de Cotton Claw se termine, le bar est en ébullition. Le temps d’attraper une bière, quelques bouffées de cigarette, et on entend déjà la vibe de Superpoze résonner sous le chapiteau. Sans trop connaître son univers, je me dirige vers la foule, et une ambiance surnaturelle est déjà palpable…

20h45 – la claque… Le caennais nous présente son nouvel album Opening et nous emporte instantanément avec lui. Ses sons sont profonds, variés et maîtrisés, son show tout autant. La tension monte d’un cran, elle devient palpable, et chaque montée apporte son lot de frissons. Une attention toute particulière a été porté à la mise en scène : les néons, la fumée et l’océan de silhouettes ondulent sur des beats lents et magiques. Parfois joyeux, parfois sombre, mais toujours puissant, le jeune beatmaker partage de l’émotion avec brio. J’ai un seul regret, que son set soit déjà terminé…

Je quitte la salle sur un nuage alors que les dernier rayons du soleil frappent le parc du Botanique. Il me faudra bien une deuxième bière… À peine le temps de se remettre, la foule commence à s’agglutiner au pied du chapiteau. Il est temps d’y retourner…

bnn_850x300Birdy Nam Nam arrive sur scène et les quelques spectateurs timides du début de soirée ont été remplacés par une foule bien réveillée. L’ambiance est électrique, la foule s’égosille, et bientôt, les premiers beats font trembler le chapiteau. On le savait, ils le confirment, Birdy Nam Nam prend toute sa splendeur en live. Comme toujours, on les retrouve derrière leurs pads et leurs platines, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’ont pas perdu la main… Entre deux morceaux d’une violence à faire onduler les plus frileux, ils nous balancent des solos de scratch dont seuls ces ex-champions du monde ont le secret, nous tenant en haleine de bout en bout, sans nous laisser aucun moment de répit. On entend des morceaux de leur dernier album (2011 quand même) Defiant Order, mais aussi quelques morceaux de Manual For Successfull Rioting, leur précédent. Tous deux étant très électro, on regretta peut-être l’absence d’une petite phase plus trip-hop qui nous aurait fait respirer parmi toute cette violence. Mais bon, là je chipote.

Le chapiteau se vide à nouveau. Il est samedi soir et parmi la foule, bon nombre sont maintenant bien remontés, la fête les attend… Au final, Birdy Nam Nam a été monumental comme toujours, mais la vraie surprise pour moi est venue de Superpoze, un futur grand parmi les grands. Il se produira d’ailleurs en live à Dour cette année, ne le manquez pas…

Alex

Vous aimerez aussi