Elder à l’Ancienne Belgique (07/05/2018)

elder_300x666Alors que la semaine est à peine entamée, le maître Elder et son apprenti King Buffalo sont de sortie en ville. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce dernier affiche déjà un beau niveau mais le premier garde la main, et ce assez facilement.

Voulant combattre cette mauvaise habitude que j’ai commencé à avoir ces derniers temps, soit rater les premières parties des groupes que je vais voir, je me décide à partir tôt pour arriver à temps à l’AB Club afin de ne pas rater King Buffalo et il fallait effectivement ne pas les rater. Le groupe mélange subtilement un blues rock couillu avec de gros riffs bien stoner en faisant quelques crochets par le rock psyché, le tout saupoudré d’une section rythmique et d’un groove des plus sympathiques. On notera toutefois que l’ensemble est assez homogène et qu’une prise de risque ajouterait un plus non négligeable. De plus quelques passages semblent un peu faciles et prévisibles, même s’ils font mouche avec une facilité déconcertante (attention, les gars sont loin d’être des manches). On notera aussi que plus d’une fois la guitare semblait complètement étouffée par la basse et la batterie et que l’ersatz de Frank Zappa derrière celle-ci semblait quelque peu perdu au milieu de tout ce déchaînement. Malgré ces quelques points on a face à nous un excellent groupe qui n’en est jamais qu’à son premier album et a encore tout le temps de s’améliorer. Affaire à suivre donc !

Puis vint Elder, le gros poisson de la soirée. C’est simple, si King Buffalo est un sympathique Carapuce niveau 15 alors Elder est un foutu Tortank niveau 100 avec option mâle alpha en prime. Une claque aussi bien sonore que visuelle. En effet les projections vidéos en continu sur les membres du groupe n’ont eu de cesse de me faire voyager à travers les dimensions alors que je n’avais pas bu et que je ne me drogue pas, ce qui est fort. Cela rappelle subtilement les visuels du dernier album qui, sans atteindre la beauté des visuels de Lore (sorti en 2015 et qui reste à ce jour mon album préféré de la bande) nous propose une grande palette de couleurs et de formes toujours plus abstraites.

Elder corps de texte-2Pour ce qui est de la claque sonore, on parle quand même d’un groupe capable de faire un ensemble cohérent avec un mélange de prog, de stoner, de rock psychédélique et de doom avec une bonne dose d’improvisation sur des morceaux issus de quatre albums différents avec une aisance technique sans faille. Vous en voulez plus ? D’accord. Alors sachez que probablement aucun des morceaux joués n’a dû faire moins de dix minutes et alors qu’ils annonçaient les deux derniers du set, ils se ravisèrent à la dernière seconde et entamèrent une troisième et ultime chanson parce que « rock n’ roll baby ». Sympa les gaillards du Massachusetts. Tout ça pour dire qu’Elder, c’est plus fort que toi, c’est plus fort que le stoner, c’est plus fort que tous les genres que j’ai pu citer et putain, c’était pourtant pas une mince affaire.

Pour conclure et pour me réconcilier avec le public d’obédience métal qui commençait à me faire de plus en plus chier avec ses accès de beauferie, il me semblait important de souligner le respect qu’a eu le public avec les deux groupes et pas uniquement la tête d’affiche de la soirée. Je m’explique : King Buffalo a à chaque fois finit ses morceaux sous une ovation et quand ils annoncèrent que c’était leur toute première date à Bruxelles, nouvelle ovation. Et ça, je dis bravo.

Maxime S

Setlist

Sanctuary // Dead Roots Stirring // Legend // Blind // Compendium // The Falling // Veil // Gemini

Vous aimerez aussi