Gao Xingjian – Rétrospective au musée d’Ixelles (26/02 – 31/05/2015)

affiche expoJusqu’au 31 mai 2015 le musée d’Ixelles présente une rétrospective de Gao Xingjian. Puissance et poésie fusionnent pour nous offrir un spectacle inoubliable. Français d’origine chinoise, Gao Xingjian est un artiste multiple, homme de théâtre, romancier, cinéaste et plasticien réputé, récompensé par un Prix Nobel de littérature en 2000.

Pour ceux qui ne connaissent pas le musée d’Ixelles, je vous invite à le découvrir, vous ne serez pas déçus. Après un an de travaux, les salles des collections permanentes sont de nouveau accessibles avec deux accrochages inédits. L’art belge. Entre rêves et réalités et 14-18. Artistes belges entre exil et mélancolie. L’espace central est lumineux, grandiose et sublime les œuvres.

Les œuvres de Gao Xingjian sont magistralement mises en scène. C’est la plus grande rétrospective consacrée à l’artiste à ce jour. Il travaille essentiellement à l’encre de Chine. Je ne pensais pas que l’on pouvait obtenir une telle profondeur et luminosité en utilisant exclusivement ce matériel. Le fait de travailler seulement en noir et blanc permet de jouer avec la lumière. Elle n’est jamais la même selon le moment de la journée et la peinture peut être perçue de façon totalement différente. Par moment, on a l’impression que l’on regarde une vieille photographie mais au fur et à mesure que l’on s’approche, on se rend compte que c’est la lumière qui a animé la peinture. L’espace central propose des œuvres sur papier de riz et les coursives à l’étage sur toile. Chaque tableau pourrait illustrer un sentiment que l’on a déjà ressenti comme l’attente, la solitude, la sérénité,… À travers les masses noires inquiétantes il y a toujours ce rayon de lumière qui apporte l’espoir. Dehors, le temps était triste mais j’avais l’impression que la journée devenait radieuse. La pureté du trait et de la couleur renvoie à un sentiment de plénitude.

« La peinture vient de l’endroit où les mots ne peuvent plus s’exprimer. »

tableau 1

On a toujours l’impression que ces silhouettes sont errantes mais on aime à croire qu’elles ont un but à atteindre. Regarder un tableau de Gao Xingjian, c’est se laisser aller à la rêverie pour passer vers l’au-delà. J’ai vraiment apprécié le mélange entre le matériel utilisé, qui appartient à la culture orientale et le trait utilisé, qui fait écho à l’art contemporain et se rapproche de la culture occidentale.

tableau 2

La visite de cette incroyable exposition est complétée par la découverte des autres salles sur l’art belge. Le musée d’Ixelles nous avait déjà beaucoup gâtés l’année dernière avec l’exposition de Duane Hanson, et j’ai comme l’impression qu’il monte en puissance. Le musée est idéalement située au cœur d’Ixelles, rue Jean Van Volsem et propose quelques nocturnes. Cerise sur le gâteau, les ixellois bénéficient de la réduction, alors tous au musée !

Zoé

Vous aimerez aussi