Jon Hopkins à l’Ancienne Belgique (24/10/2018)

jonhopkins_300x666Un mercredi soir d’automne, à l’Ancienne Belgique, où l’atmosphère s’est réchauffée. En effet, Jon Hopkins est passé par là, avec son show éblouissant, accompagné par Haai, une découverte à ré-écouter d’urgence. Une soirée électronique pour le moins hypnotisante !

Entrée vers 20h00 après avoir passé les contrôles de sécurité – ce qui n’était pas arrivé depuis des lustres -, j’entre dans la salle. La date affiche sold out ce soir, tous les balcons sont ouverts. Je ne sais pas à quoi m’attendre !

Pour le moment, c’est Haai qui est sur scène depuis presque une heure déjà. Ancienne chanteuse du groupe de rock psyché Dark Bells, l’australienne est devenue, après un passage au Berghain de Berlin, l’une des DJs londonienne les plus prisées du moment. Devant elle, il n’y a pas grand monde, pour le moment.  Pourtant, le son techno/minimal/house/acid/world/afro/thai/disco – on sent beaucoup d’influences en fait – est clairement bien mixé (c’est plus facile à mixer que Graveyard ou Unknown Mortal Orchestra…). Le visuel minimaliste et géométrique projeté derrière elle devient épileptique lorsqu’il est couplé avec les stroboscopes monstrueux de l’AB. Ses cheveux blonds marquent la mesure. Elle essaye avec une certaine timidité de faire bouger le public. Les gens aux t-shirts blancs et aux cheveux courts ont l’air plutôt posés. Quelques motivés gigotent quand même au premier rang. Ça commence à chauffer avec les beats africains répétés frénétiquement. Haai réussie insidieusement à nous aspirer dans son trip jusqu’au bout !

Jon_HopkinsC’est quand il fait cinq degrés dehors que l’AB se décide à mettre de la ventilation… Les coudes se serrent de plus en plus avant l’arrivée du maître, du coup il faut se frayer (difficilement) un chemin pour prendre sa place. Pourtant il y a encore du monde au bar quand Jon Hopkins débarque sur scène…

Comme il y a un gros jeu de lumière, je décide d’aller dans les gradins, afin de regarder le spectacle; car les projections sont belles, avec notamment la diffusion du clip d' »Emerald Rush« . Deux femmes entrent sur scène avec des tubes lumineux formant des constellations quand elles les font tourner : magique ! Les lumières sont hypnotisantes. Les gens se balancent comme l’herbe au vent. Les basses me paraissent beaucoup trop fortes, ça vibre, c’est dommage. Le public crie quand il reconnait les chansons : « Neon Pattern Drum« , « Everything Connected« ,… Le musicien-producteur d’electronica/melodica/ambient, qui a déjà collaboré avec Brian Eno ou Coldplay, était pianiste de formation. Avec son titre « Open Eye Signal » sorti en 2013 sur l’album Immunity, le quarantenaire anglais prouve qu’il sait aussi faire des titres dance monstrueux. Son show est à voir : la musique est transformée en lumière, en visuel, c’est magnifique. Même si, musicalement, c’est les mêmes chansons que sur YouTube, en cent fois plus fort… Ses titres sont plutôt méditatifs, cellulaires, universels. Mais, aux sons énergiques, il n’y a pas de folie collective : seuls les trois premiers rangs semblent être on fire. Jon Hopkins remercie chaleureusement son public, et le rideau est tiré !

Jon Hopkins, c’est un spectacle à voir, une fois. Pas sûre que j’y retournerai. En revanche, Haai : à suivre !

Claire Brg

Setlist (non exhaustive)

Singularity // Emerald Rush // Neon Pattern Drum // Everything Connected // Open Eye Signal // Collider // Luminous Beings

Vous aimerez aussi