Kvelertak au VK (07/12/2016)

kvelertak-skeletonwitch_posterEn ce lendemain de Saint-Nicolas, le patron des écoliers nous a offert l’opportunité de voir deux groupes bien barrés, l’un en droite provenance d’Oslo et l’autre venant directement de l’autre côté de l’Atlantique. Retour sur plus de deux heures de bestialité.

J’arrive vers 19h40 devant la salle afin de récupérer le précieux sésame qui me permettra de rentrer me faire écrabouiller par les bulldozers que sont Skeletonwitch et Kvelertak. En arrivant une première chose me frappe : une dame habitant le quartier se plaint déjà du bruit, et pour cause : un groupe d’imbéciles, caricature de tous les clichés sur les fans de metal, est déjà passablement éméché et gueule comme des cochons qu’on égorge. Super, on va rigoler.

Je pénètre dans la salle, bière à la main et quelque chose me frappe encore : la salle est encore bien vide alors que la première partie ne va pas tarder à commencer. Je décide de ne pas trop y penser car les brutes de Skeletonwitch débarquent sur scène pour tous nous mettre à l’amende après une brève intro, et le moins qu’on puisse dire c’est que leur musique fait rapidement mouche. En effet, dans le genre direct, ils font très fort avec un mélange thrash (au niveau des riffs) / black (au niveau de la voix) metal qui se permet quelques passages avec de gros blast beat bien gras qui auront tué une première salve de neurones. On notera que quelques riffs bien sentis feront rapidement penser aux pontes que sont Slayer et Metallica (dans les années 80 parce que ces derniers temps c’est pas trop ça).

Néanmoins, au bout d’un moment le kiff qu’ils pouvaient nous donner s’essouffle et leur musique devient peu à peu répétitive malgré quelques riffs qui sortent du lot. Rajoutez à ça un chant absolument inaudible, des instruments saturés à mort et une basse qui fait des montagnes russes qui s’amusent à niquer les harmonies qui s’installent au fur et à mesure des morceaux. Très dommage après les promesses des tout premiers morceaux. On remarquera aussi que les mêmes trouducs qui beuglaient devant la salle ont slammé pendant toute une partie du concert, parce qu’il faut bien leur reconnaitre que faire ça quand y a très peu de monde dans le pit c’est la meilleure idée possible (ce sera d’ailleurs très drôle d’apprendre que l’un d’eux a vomi tout son soûl durant l’entracte).

15387387_1459154280779749_1099943038_o

Vient ensuite LE concert de la soirée : Kvelertak, le groupe norvégien qui mélange de la brutalité (punk/ hardcore) avec plus de brutalité (chant black metal), le tout avec une touche de brutalité (des gros blast beat de temps en temps) et ce depuis 6 ans et 3 albums sans jamais se répéter.

Le concert commence avec une intro tout ce qu’il y a de plus calme mais qui présage la tempête à venir et quelle putain de tempête! Le chanteur arrive sur scène avec son traditionnel masque de hibou sur la tête qui fait toujours autant effet et impose vite ses règles que mes grands amis éméchés vont vite comprendre à grands coups de rangers dans le thorax. Le concert va vite s’emballer avec le classique « Mjød » qui est placé étonnamment tôt dans la setlist qui regorge de tubes du groupe (« Blodtørst », « Bruane Brenn », « Ulvetid »,…) mais aussi de morceaux moins connus (« Sultans of Satan », « Sjøhyenar-Havets Herrer »,…) et qui fait la part belle au premier album sans oublier les deux suivants (ça tombe bien, c’est justement mon album préféré). Dans les autres points positifs du concert on notera que cette fois-ci les instruments ne se « marchent » pas dessus et qu’on entend même la basse (quelle performance!). L’ambiance est au top : les gens dans le pit se mettent sur la gueule sans emmerder le reste de l’assemblée et tout le monde headbang et gueule joyeusement, la seconde salve de perte de neurones a bien fonctionné.

kvelert

Par contre que serait un concert sans points négatifs? Je n’en n’ai relevé que deux mais ils méritent d’être soulignés : le chant qui était, comme pour Skeletonwitch, quasiment incompréhensible même si j’ai trouvé qu’il s’améliorait tout au long du concert (mais bon ils chantent en norvégien donc on aurait quand même pas réussi à suivre) et le rappel c’est aussi avéré plutôt décevant et assez dispensable car le groupe comme le public semble en bout de course (sauf au moment de récupérer des onglets ou des baguettes, là y a du monde!) mais tout ça ne gâche en rien la bonne soirée que le VK nous offre une nouvelle fois.

En conclusion si j’avais un seul conseil à vous donner : ruez vous sur Kvelertak en concert, vous en aurez pour votre argent!

Maxime S.

Vous aimerez aussi