Magma au 140 (18/10/2019)

magma_300x666Comment bien clôturer une semaine qui avait si bien commencé ? En allant voir un autre groupe culte en son genre : cette fois, retour dans le temps avec Magma, groupe de rock progressif français. Envolée dans un pays imaginaire lointain dans l’ambiance feutrée du théâtre 140 aux côtés d’une légende encore bel et bien vivante : Christian Vander.

20h. Heure d’ouverture du 140. Situé à Schaerbeek, si vous n’êtes pas dans le bon coin, c’est un périple pour accéder à cette petite cour logée entre des immeubles. Premier réflexe : faire la file pour prendre une bière.

20h30. Une cloche retentit. Le bar ferme sous notre nez. Coup dur.

20h33. La salle aux six cent sièges du 140 a eu le temps de se remplir; quelques personnes restent debout. Fondé en 1963, ce lieu a accueilli, mine de rien, des groupes emblématiques comme Serge Gainsbourg (1964), Pink Floyd (1967-68-69), Black Sabbath (1970) ou encore Magma, qui y avait enregistré un album live en 1971. Et oui ! Car Uniweria Zekt Magma Composedra Arguezdra – de son vrai nom – a été formé en 1969 par Christian Vander donc, à Paris. C’est un véritable univers qu’il a créé, en devenant le chef de file du zeuhl, genre musical entre le rock progressif et jazz en harmonie avec le chant. Les paroles sont d’ailleurs contées en Kobaïen, langue inventée de toutes pièces visant à faciliter la connexion entre la musique et notre être profond. Avec un nombre record de musiciens plus doués les uns que les autres, et quatorze albums studio à son actif, Magma a réussi à conquérir les quatre coins de la planète. C’est donc à l’occasion des cinquante ans de carrière et d’un nouvel album que le groupe était présent pour la troisième fois dans le théâtre de la cité des ânes.

20h35. Le septuagénaire français et ses sept acolytes font leur entrée sous les acclamations du public. Ils commencent par le morceau « De Futura« , paru en 1976 dans le sixième album studio Üdü Ẁüdü. Avec le rythme bien marqué de la batterie surligné par les percussions et le xylophone, une ligne de basse aventureuse, une guitare capricieuse et des claviers extra-terrestres, le ton est donné. Les voix, tantôt féminine, tantôt masculine, apparaissent presque insidieusement dans la musique, pour s’affirmer par la suite et prendre la vedette dans certaines parties. Le son est plutôt bien réglé vu la complexité des instruments. Le jeu de lumière est assez statique, dommage, même si des spots rouges sont habilement placés sur le sol de la scène et rappellent la lave en fusion.

IMG_0733Aux alentours de 21h00. Enfoncement dans le progressif avec un medley de la trilogie Theusz Hammtaahk, sorti en 2001. Une grappe de personnes plus jeunes se tient debout et flotte à droite de la scène. Anciens punks, trentenaires alternatifs et grand-pères en costumes sont attentifs au spectacle. Sur les sièges, les têtes et les hauts de corps se balancent comme ils peuvent. Sur scène, ça s’éclate, malgré la complexité des morceaux. Dès qu’il peut, l’un ou l’autre fan crie, ou tente d’applaudir lors des rares pauses. Stella Vander, chanteuse et choriste, annonce qu’il manque sa compatriote choriste durant la tournée, et échange quelques mots avec le public.

Près de 21h50. L’espace-temps brouillé, le public voit les musiciens partir. Tonnerre d’applaudissements pour remercier de ce trip, aussi bizarre qu’il soit, par les musiciens français. Surprise ! Ils reprennent leurs instruments pour offrir « Kobaïa« , titre culte de leur premier album. La complexité musicale est impressionnante et moderne. Le public se lève et voit les musiciens repartir.

22h00. Le temps de sortir de la salle, et de regarder le merch‘ bien fourni et sympathique (une boucle de ceinture Magma, classe), il y a de nouveau de l’animation dans la salle. Christian Vander est au micro et offre, pour se quitter en douceur, une belle balade : « Ehn Deiss« , de son groupe parallèle, Offering. C’est avec émotion et amour dans le regard qu’il dira au revoir au public du 140, pour de vrai cette fois-ci.

On ne peut qu’être en admiration devant un groupe qui a su se créer un univers tout en innovant musicalement et en traversant les âges.

Claire B.

Setlist

De Futura // Medley Trilogie Theusz Hamtaahk // Kobaïa // Ehn Deiss (Offering)

Vous aimerez aussi