Nile Rodgers & Chic à Forest National (09/12/2018)

capdb_chic_nile_rodgers_bruxellesQuatre mois après le passage de Nile Rodgers & Chic devant une Ancienne Belgique comble et déchaînée, l’heure des comparaisons est venue. Est-ce l’hiver qui a refroidit les cœurs en forme de boule à facettes ? Ou est-ce la foule de Forest National qui se voyait mieux passer son dimanche soir en pyjama ? Toujours est-il que ma facette disco s’est sentie bien seule au milieu d’une fosse de glace.

La dernière fois que je suis rentrée dans le Forest National c’était pour voir les ZZ Top pour leur « tournée d’adieu » – lol – en 2014. Et m’y revoilà, deux jours après le concert de The Prodigymonstrueux -, afin de revoir Nile Rodgers & Chic. Revoir, car j’avais  complètement accroché à leur prestation du 19 août dernier. Entre temps, un nouvel album de Chic, It’s About Time (« il était temps« ), est sorti, le dernier étant Chic-ism datant de… 1992. Bref. Arrivée bien en avance, tout me paraît vide par rapport au groupe de big beat anglais de vendredi soir. Ce dimanche, c’est plutôt Cava et classic dress code. Un DJ était programmé pour emballer la salle. En y repensant, c’est peut-être lui le fautif ? Car déjà à ce moment, malgré les tubes passés, de Michel Jackson à Mark Ronson en passant par Kool & The Gang, sensés titiller le déhanché, je sentais le public peu réceptif. Surexcitée et impatiente d’entendre les titres du hitmaker, je tape un peu du pied, puis je décide de jeter un œil sur le merch’. Cinquante euros pour le t-shirt avec CHIC écrit en strass, merci, j’ai vu. Je cherche à me poser pour observer les passants dans les couloirs mais je ne trouve pas de lieu convenable. Entre les odeurs de gaufres et de pizzas, je me prends économiquement une cinquante pour cinq euros et reprend les escaliers vers la fosse. Je lève les yeux vers les gradins. Les gens se précipitent sur les places assises une heure avant le top départ. Ça ne me dit rien qui vaille.

capdb_nile_rodgers_chic_bruxelles20h59. Une veste à paillettes comme on en fait plus fait son apparition sur scène. Dessous, le king, qui tient à saluer son public avant toutes choses. Enfin ! La voix off d’intro retentit, les autres membres du groupe s’installent : chants, basse, batterie, claviers, cuivres. De toute beauté, le groupe brille de mille feux, par leurs habits et leurs sourires. Les premières notes d' »Everybody Dance » commencent. Malheureusement, la plus grosse différence entre le Forest National et l’Ancienne Belgique, c’est le son. À cause de la plus grande capacité de la salle forestoise, les ondes semblent se perdre au milieu d’un canyon dès la sortie du baffle. Mais bon, on peut passer outre quand on connaît par cœur les chansons.

D’ailleurs, ils enchaînent sans tarder sur « Dance Dance Dance… Yowsah! Yowsah! Yowsah! » puis sur « I Want Your Love« . La chorégraphie des ondoyantes Kimberly Davis et Folami Thompson n’est pas surprenante, mais toujours prenante. Enfin, pour moi et trois pelés qui semblent être réceptifs par ce groove pourtant inégalé ! Le discours du maître de cérémonie, Mister Rodgers, est mot pour mot le même que la dernière fois. Mais c’est pour annoncer les tubes qu’il a écrit pour Diana Ross, « I’m Coming Out » et « Upside Down« , alors on le pardonne ! Passés rapidement pour enchaîner sur « He’s The Greatest Dancer » et « We Are Family » des Sister Sledge, c’est l’occasion pour Kimberly Davis de montrer son impressionnante étendue vocale. Vient ensuite le tube de Madonna, « Like A Virgin« , chanté cette fois par l’enthousiaste Folami Thompson. Je cherche à trouver des compagnons de concert aussi euphoriques que moi… mais le dancefloor est de glace. « You’re too cold« , répète même le new yorkais, tout en essayant de réveiller le public. Le concert continue, tous les plus grand titres composés par Nile Rodgers pour Duran Duran, Sheila, Datf Punk sont joués. L’extase est atteinte par seulement quelques uns d’entre-nous sur le combo foudroyant « Let’s Dance » de David Bowie, « Le Freak » et « Good Times/Rapper’s Delight » qui clôturent le concert en beauté.

Claire B.

Setlist

Everybody Dance  // Dance, Dance, Dance // I Want Your Love // I’m Coming Out (Diana Ross) // Upside Down (Diana Ross) // He’s The Greatest Dancer (Sister Sledge) // We Are Family (Sister Sledge) // Like A Virgin (Madonna) // Lost In Music (Sister Sledge) // Notorious (Duran Duran) // Spacer (Sheila) //  Thinking Of You (Sister Sledge) // My Feet Keep Dancing // Get Lucky (Daft Punk) // Chic Cheer // My Forbidden Lover // Let’s Dance (David Bowie) // Le Freak // Good Times/Rapper’s Delight

Vous aimerez aussi