Soom T aux Nuits Botanique (28/04/2018)

nuitsbota2018_300x666Quelques jours avant la date du concert de Soom T à l’Orangerie on est averti que les tickets donneront aussi droit aux concerts de la Rotonde. Naturellement, on sait que ça signifie que les préventes fonctionnent moins bien que prévu. Mais on se réjouit quand même de voir Mabel présentée comme une des nouvelles (la douzième de l’année…) pépites du r’n’b. Avec les premières parties, ça faisait un programme chargé, contrasté, parfois réjouissant, parfois énervant ou simplement ennuyeux.

Arrivé avec quelques minutes de retard, je rentre dans une Rotonde déjà bien garnie pour le concert d’Ivy Falls, projet de la gantoise Fien Deman. Électro-pop éthérée, ça donne envie de se dandiner mollement. Fien a une belle voix, elle fait de jolies vocalises en loop, tout est parfaitement maîtrisé. Il y a même quelques touches d’originalité dans les arrangements, quelques petites expérimentations sur le son. On a tous les éléments d’un produit moderne de qualité. Mais justement là sont aussi les limites car on a la fâcheuse impression d’un produit très beau, très propre, mais manquant quand même pas mal d’âme.

Dernière note, on file vers l’Orangerie pour découvrir le néo-zélandais Noah Slee. Étonnant mélange de reggae, de soul et de rock, on est au début un peu déstabilisé. Noah est heureux d’être là et parvient rapidement à communiquer son énergie au public. Il bouge et la foule a envie de l’imiter. On comprend mais on ne le fait pas (il m’en faut quand même plus pour que je remue du popotin). Après une petite demie heure on sent pourtant déjà que ça s’essouffle. Les chansons se ressemblent beaucoup, les versions sont souvent trop allongées et le rappel apparaîtra comme inutile.

Bon sang saurait mentir. Si Mabel a un mérite à mes yeux, c’est au moins celui-là; j’adore détourner des proverbes et elle m’en donne l’occasion. Elle est la fille de Neneh Cherry, voilà c’est fait, elle en a tellement peu hérité qu’il ne sert même à rien de plus s’appesantir sur le sujet de la filiation. Le r’n’b aseptisé est une des musiques dominantes du moment, les ondes des radios commerciales et YouTube en sont envahis. Comme ce n’est clairement pas mon genre de prédilection, j’en écoute très peu. Je ne connaissais Mabel que de nom avant ce concert et j’ai été proprement sidéré de voir à quel point son public, alors qu’elle n’a sorti que quelques titres sur une mixtape, est déjà entièrement conquis. Ils chantent en chœur toutes les paroles, lui offrent des fleurs quand elle entonne son tube « Roses ». Et c’est vrai que tout est mis en scène pour qu’elle devienne une superstar. Les mélodies sont d’une efficacité insupportable, les techniques de voix impeccables, le look savant mélange de glam street de pacotille en jette (jusqu’aux oreillettes en diamant, hahaha). Mais que tout ça est sans intérêt aussi… L’impression d’avoir entendu ça dix mille fois depuis dix ans ni en mieux, ni en pire.

soomt_850x300Je le reconnais sans problème, le concert que j’attendais est celui de Soom T. Et, autant l’annoncer de suite, je ne serais pas déçu.  Le raggamuffin jusqu’à son arrivée m’avait toujours semblé quelque chose qui ressemblait avant tout à une plaisanterie qui ne devait pas trop durer. Puis elle est arrivée avec un premier album que j’ai écouté en boucle des mois durant. En concert, sa voix tellement particulière, les bifurcations vers la soul, le punk et même la pop (l’impeccable tube « Broken Robots » mis en lien) rappellent à quel point il est absurde de vouloir enfermer les vrais artistes dans un genre. Concentré d’énergie, elle fait le show avec un groupe d’enfer (mention particulière au bassiste et au claviériste). Là je ne me retiens plus, je me trémousse presque malgré moi. Je pense que je dois aussi sourire bêtement. Même quand elle fait un hymne à la ganja, j’arrive à ne pas trop penser qu’on est dans le cliché le plus éculé. Sauvages, indomptables, les morceaux s’enchaînent pendant plus d’une heure. Je ne sais plus si c’est du reggae, du ragga ou du punk, de la musique hindoue, de la pop ou tout ça à la fois dans un joyeux bordel et je m’en fous totalement, c’est juste de la putain de bonne musique qui envoient des vibes positives sans être naïves à qui veut bien les recevoir. Et c’est épuisé mais heureux que je quitte la salle.

Fripouille

Vous aimerez aussi