The Temperance Movement à De Zwerver (29/03/2018)

27993492_1963761916985088_4365160439669922911_oPour la première fois depuis mon arrivée chez C’est arrivé près de Bruxelles je me suis rendu hors de la capitale pour assister à la seule date belge de The Temperance Movement sur leur tournée de 2018. Préparez vos santiags, votre veste en cuir et sortez un paquet de Gauloises sans filtre et on est parti.

Depuis ma découverte de The Temperance Movement il y a de ça quatre ans, je suis attentivement leur actualité et ne manque pas de faire savoir l’existence de ce groupe autour de moi. Pourtant la sortie de leur deuxième album White Bear m’avait grandement déçu et fait baisser un peu mon intérêt pour leur musique. Alors quand ils annoncèrent la sortie de leur nouvel album (A Deeper Cut), je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Toutefois, l’annonce de ce nouvel album supposait une nouvelle tournée et mes souvenirs live d’eux restaient excellents donc il ne fallut pas réfléchir trop longtemps au moment d’y aller. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils arrivent à convaincre, même avec un album sur trois qui tient moyennement la route.

Après une route chaotique (merci le ring de Bruxelles), nous arrivons enfin mon père et moi à Leffinge et sommes surpris par l’endroit. En effet, De Zwerver se trouve sur la grand place d’un petit village calme et rien ne laisse présager que deux groupes de blues-rock se produisent là ce soir. Et c’est bien l’apanage des salles flamandes que ce genre de dispositions, avec des salles comme Het Depot, Het Verlicht Geest ou le Biebob qui ne paient pas de mine vues de dehors mais qui peuvent abriter l’enfer en son sein pour une soirée.

Temperance MovementMais trêve de blabla et entrons dans le vif du sujet. Après avoir entendu la dernière chanson du set de Thomas Wynn & The Believers qui me fera regretter de ne pas être parti plus tôt, nous nous plaçons face à la scène et attendons le concert. Après un peu d’attente, les anglais surgissent avec une vieille chanson de jazz pour seul signe annonciateur. Et d’emblée, le ton est donné : The Temperance Movement est en promotion pour leur nouvel album. En effet, sur dix sept chansons, neuf d’entre elles sont issues de A Deeper Cut (heureusement pour moi, seulement trois chansons de White Bear ont réussi à se faufiler dans la setlist). Et dès les premières notes de « Caught In The Middle », je suis scotché par la qualité impeccable du son dans la salle : pas un seul accroc de tout le concert, une basse présente, deux guitares dont le son reste bien distinct, rien à dire à ce niveau-là. En fait, un des défauts qu’on pourrait trouver à ce concert c’est le fait que le groupe semble s’échauffer durant une grande partie de leur set et donne l’impression que seul le chanteur s’ambiance en gesticulant dans tous les sens. Toutefois, au fur et à mesure que le concert avance, des sourires se lisent sur le visage des musiciens, Phil Campbell (le chanteur, pas le guitariste de Motorhead) se manifestera un peu plus pour interagir avec le public et nous aurons droit, tôt dans le concert, à une danse dudit Phil avec sa fille sur « Love And Devotion », avant qu’il ne lui rende un hommage avec « Backwater Zoo » durant le rappel.

Après je chipote mais l’exécution reste impeccable et le niveau de ces musiciens atteint des sommets que nous n’atteindrons probablement jamais. De plus la sincérité des sourires et des mercis à la fin du concert vont droit au cœur et on a envie de croire que ces gars sont nos copains et qu’ils reviendront bientôt nous refiler la pêche à grand coup de riffs bluesy.

Guys, if you’re reading this, come to Belgium more than once by tour. We love you and we have the best beer and chocolate.

Maxime S.

Setlist

Caught In The Middle // The Way It Was And The Way It Is Now // Love And Devotion // Higher Than The Sun // Be Lucky // Ain’t No Telling // Another Spiral // White Bear // Three Bulleits // Battle Lines // Know For Sure // Built-In Forgetter // The Wonders We’ve Seen // Only Friend // A Deeper Cut // Backwater Zoo // Midnight Black

Vous aimerez aussi