Uada au Magasin 4 (23/04/2018)

uada_300x666Après une première date belge à Arlon la veille, Uada s’éloigne des Ardennes pour venir s’aventurer dans la capitale, emmenant dans ses valises le groupe chinois Zuriaake et leurs compères américains Alda qui les suit sur quelques dates de cette tournée promo pour leur nouvel album, Cult Of A Dying Sun à venir en mai. Retour sur une belle soirée de black métal sous diverses de ses formes.

Pour ma (seulement) deuxième venue au Magasin 4 je m’attaque à un gros morceau : Uada, une des nombreuses nouvelles coqueluches de la scène black métal malgré un seul album au compteur. Si j’ai malheureusement raté Alda dont les visuels me laissaient rêveur et dont la description me donnait envie, j’arrive juste à temps pour assister à la prestation de Zuriaake qui a difficilement pu laisser de marbre. Entre rituels, mise en scène et costumes tout était mis sur pied pour nous accrocher. Et si l’entame du concert laissait présager le pire (gros souci de basse qui sonnait bien plus fort que le reste des instruments et guitare dont on percevait à peine l’existence), on se laisse facilement happer par cet univers à la fois sombre mais attirant. Au moment d’écrire ce report je me suis plus sérieusement penché sur leur dernière production et force est de constater que Zuriaake sait se sublimer en live tant leur musique semble infiniment plus belle sur scène. Le concert s’achève après une quarantaine de minutes et on va chercher sa bière d’entre deux concerts avec la sensation d’en avoir eu pour son argent et avec l’envie de voir et (surtout) d’en entendre plus après cette toute première date belge.

Uada Corps de textePar la suite, sur les coups de 21h05 (avec de l’avance donc, aussi improbable que ça puisse paraitre) Uada débarque sur scène tel une troupe de Nazguls et entame fort avec leur « Natus Eclipsim » à une vitesse presque effrayante tant elle semble pratiquement inhumaine, ensuite suivi d’un morceau jusqu’alors inconnu : « Snakes & Vultures » issu de leur nouvel album à paraitre en mai qui sera accompagné un peu plus tard d’un autre morceau de ce même album, « The Purging Fire ». Personnellement je n’ai pas encore su m’en faire un avis définitif tant les conditions d’un concert de black ne me semblent pas propice à la découverte de nouvelles chansons mais elles ont tout de même éveillé ma curiosité donc qui sait, bientôt seront-elles dans mes classiques du genre ? 

Qu’y a-t-il à retenir de cette soirée, ça mis à part ? Qu’après une attaque de concert à 6576978 bpm, le rythme est resté très soutenu et bien agressif mais dans des proportions bien plus mesurées cette fois. Ensuite, si le rythme fût agressif, que dire de la gestuelle même des membres du groupe ? S’ils n’étaient pas hyper mobiles le peu de mouvements exécutés laissaient poindre une certaine hargne bienvenue dans un évènement pareil. Enfin, le jeu de lumière ultra simple (basique ? – non ce n’est pas une référence à Orelsan) venait souligner toute le reste et nous obligeait à se focaliser sur la déferlante de blast beat (et autres joyeusetés) qui nous tombait dessus et nous donnait un peu plus l’impression d’être écrasé par la machine de guerre Uada.

Si la traduction de Uada signifie « hanté » c’est pour une bonne raison : ce n’est pas parce que vous avez quitté la salle qu’ils vous laisseront tranquilles. Au contraire, ils seront toujours là dans un coin de votre tête à grands coups de riffs entêtants.

Maxime S.

Crédit photo : Creeping Mac Kroki

Vous aimerez aussi