Zhrine au Magasin 4 (03/12/2018)

0433cd6889344ba3c9f1a6f3bd8063f504e2f36333db857481693e7d1de3d1753b075756Lundi soir, Magasin 4. Alors que les fêtes de fin d’année approchent, Père Noël (ou Saint Nicolas, selon vos préférences) nous fait un petit cadeau en avance avec l’un des groupes phares de la scène islandaise, un groupe dont je ne soupçonnais pas l’existence avant l’annonce de cette tournée et un petit groupe belge dont le futur sur cette scène ne peut qu’être bon. Et on peut dire qu’on a été gâtés.

En général, quand je dois aller au Magasin 4 (ce qui arrive de plus en plus souvent, à mon grand plaisir), je prends tout mon temps, histoire de ne pas devoir me presser et apprécier la salle remplie pour assister à au moins deux concerts sur trois annoncés dans la soirée. Et bien cette fois-ci, que nenni, car j’arrive avant même l’ouverture de la salle et cela me laissera amplement le temps de remplir mon portefeuille désespérément vide ainsi que les caisses du M4 (dont on espère qu’elles débordent d’or). C’est ainsi que j’assiste pour la première fois à un concert avant 20h dans cette salle qu’on aime tous tant.

19h15. Trois cornes plantées dans un pieu au milieu de la scène. On ne se trompe pas sur la marchandise : c’est bien Soul Grip qui ouvre les hostilités ce soir. Le jeune groupe gantois décide tout de suite d’installer l’ambiance avec le morceau « Ton rêve« , dont le strident cri en ouverture glacerait le sang de n’importe qui. Malheureusement, ils ne lui rendent pas hommage car en dehors du chant et de la batterie, difficile de percevoir quoi que ce soit des mélodies pourtant accrocheuses. Ce ne sera pas avant le passage calme dudit morceau que l’on découvrira que, oui, ce groupe a bien une guitare lead. En tout cas, on ne peut qu’être séduit par la performance, car, bien que gêné pendant pratiquement la moitié par des soucis de son qui ont étrangement épargné le chant, on fait face à un concert maîtrisé. Le groupe renvoie une image hybride, à mi-chemin entre la violence du black métal et l’énergie pure du hardcore, avec un chanteur complètement possédé de bout en bout qui rappelle de temps à autre Colin Van Eeckhout, leader ô combien charismatique d’Amenra. De très bon augure pour la suite et, même si leurs premières sorties datent de cette année, on attend impatiemment de voir ce que la suite réserve ! 

20h20. Quelques ombres débarquent sur scène armées d’un death technique pas dénué d’intérêt. Malheureusement pour moi, je suis le concert d’Ulsect d’un peu loin et d’une oreille distraite, mon genou décidant de faire des siennes. Difficile toutefois de ne pas accrocher à ce que j’entends. C’est donc une occasion ratée mais au plaisir de voir la bande de Tilburg dans notre plat pays, sans problème de genou cette fois !

img_2767-221h10. Deux ans après les avoir découvert grâce aux chroniques de The Obituarist par Trevor Strnad, je vois enfin ce que donne cet énigmatique groupe qu’est Zhrine dont le second album se fait toujours attendre. Trois semaines après Audn, j’assiste au deuxième concert d’un groupe de la fameuse scène black islandaise (même si le seul terme black est un peu réducteur) et ma première expérience n’avait pas été couronné de succès. Rappelez-vous. C’est peu dire que la différence fut drastique. En effet, d’entrée de jeu le son est parfait, les moindres nuances nous pètent à la gueule, et ça fait un bien fou. Ajoutez à ça un jeu de lumière plus efficace que toutes les cagoules que les groupes de black actuels se mettent sur la gueule (coucou The Great Old Ones, coucou Uada) et vous obtenez un show absolument captivant. S’ajoute aussi à ça une attitude presque désinvolte face à l’ambiance instaurée, le chanteur ne tentant pas de nous faire rentrer dans un rite funeste ou une prière hallucinée puisqu’entre chaque morceau on a droit à un « Thanks for coming!« , « Thank you guys!« , « The next song is… » ce qui dénote encore une fois par rapport aux dernières expériences que j’ai eu ces derniers temps et apporte une belle bouchée d’air frais sur une scène black qui se veut parfois un peu trop TRVE.

Quoi qu’il en soit, cette série de concerts fût de très bonne facture et je tiens personnellement l’un de mes coups de cœur live de cette fin d’année !

Maxime S

Setlist Zhrine

Utopian Warfare // Spewing Gloom // The Syringe Dance // World // Empire // The Earth Inhaled // Unortheta

Vous aimerez aussi